La nature prend ses aises

En présence de 150 partenaires, clients et amis, le Bureau Gilbert Henchoz Architectes Paysagistes Associés SA a fêté récemment son 30e anniversaire. Cette société, basée à la Pallanterie, réalise une grande variété de projets paysagers, de l’aménagement contemporain et horticole au jardin naturel. A l’occasion de ses trois décennies d’existence, nous visitons deux créations du Bureau, reflets d’une démarche basée sur la protection de l’environnement et le développement des écosystèmes. Dans ces lieux insolites – la Station d’épuration de Chancy et le siège de Hewlett Packard à Meyrin – la biodiversité a installé son quartier général.

Première étape: Chancy, commune située à l’extrémité occidentale du canton. Elle abrite l’une des principales stations d’épuration (STEP) gérées et exploitées par SIG et dont le cadre environnant constitue un précieux refuge pour des espèces végétales et animales indigènes. Mise en service en octobre 2015, une installation de nouvelle génération a remplacé l’ancienne STEP, construite en 1979 et devenue trop vétuste. L’ouvrage traite les eaux usées des communes avoisinantes; ses façades sont recouvertes de mosaïques colorées qui représentent le cycle de l’eau, contribuant à intégrer la structure au paysage.

Respect de l’environnement

«Les espaces extérieurs de la STEP de Chancy ont été aménagés avec l’objectif de recréer des espaces à vocation écologique, explique Florian Christophe, sous-directeur et responsable du projet chez Gilbert Henchoz Architectes Paysagistes. Les actions déployées s’inscrivent dans une logique de durabilité, qui a d’ailleurs permis à SIG d’obtenir pour ce site le label Nature et Economie». Les terres de déblai ont été valorisées sur place, afin de réaliser les différents milieux et de limiter autant que possible le va-et-vient des camions. En découlent diverses utilisations: terre de sous-sol pour les surfaces de prairies et de milieux xériques (très secs); terre végétale pour les fosses de plantations d’arbres et les surfaces arbustives; tri et valorisation des gravats extraits pour la réalisation des plages de boulets et graviers.

Les plantations d’arbres et d’arbustes sont exclusivement indigènes et s’organisent en strates variées; les essences typiques des bords de cours d’eau (proximité du Rhône) sont privilégiées. «Des prairies ont été aménagées avec une sélection de graines caractéristiques du canton (prairies dites «écotype Genève»). Certains secteurs sont toutefois laissés libres de semences et se développeront spontanément; seul le suivi de l’entretien garantit la maîtrise des indésirables dans ces zones», précise Gilbert Henchoz, fondateur et administrateur du Bureau. Enfin, des toitures végétales de divers types ont été aménagées (sans semis et avec implantation naturelle, semis «écotype-Genève», semis de prairie à base de graines récoltées dans les environs).

La présence de gouilles ou mares temporaires, de surfaces minérales d’empierrement et de zones sableuses favorise les populations de batraciens – en particulier les crapauds calamites – et de libellules. «Ces mares se  remplissent exclusivement d’eau pluviale: elles se transforment au fil des jours et des saisons, avec des niveaux d’eau variables. Par ailleurs, le projet ne prévoit aucun arrosage automatique: le développement des végétaux est dépendant des conditions météorologiques et de la faculté d’adaptation des diverses espèces», poursuit Florian Christophe. Les entretiens sont prévus de manière à contrôler le développement des espèces indésirables et/ou des essences qui prendraient trop rapidement le dessus. Ce projet a été réalisé avec le soutien de la Direction générale de l’agriculture et de la nature (Etat de Genève), qui a délivré ses conseils durant certaines étapes clefs (prélèvements des boutures de saules, fourniture des stocks de graines pour les prairies, aménagement des mares, suivi pour assurer la pérennité du site).

Parc en périphérie

Seconde étape de notre découverte paysagère: la Zone industrielle de Meyrin-Satigny et le siège social de Hewlett Packard, dont la première phase de construction – «The Hive 02», a été inaugurée il y a juste une année. A l’avant du bâtiment conçu par CCHE Architectes se trouve une zone centrale, aménagée de manière contemporaine avec des surfaces vertes, un platelage et des banquettes. Cinq ruches, symboles du campus, y prennent place. Un grand bassin naturel récolte l’eau de ruissellement de la parcelle sur laquelle il est implanté; sur le côté et donnant sur la route du Nant-d’Avril, un second bassin – de type noue paysagère – accueille les eaux pluviales issues des toitures et terrasses du bâtiment. Les travaux d’aménagement s’inscrivent dans la continuité de la revitalisation du Nant-d’Avril, un ruisseau qui s’écoule en contrebas du site.

«Le projet a pour objectif de créer une ambiance de parc paysager, avec des arbres indigènes présentant un développement déjà bien établi. Pour ce faire, trois pins d’envergure ont été amenés sur place par des camions-grues. Se sont ajoutés deux chênes, une vingtaine d’autres grands arbres et des plantations de vivaces locales», indique Gilbert Henchoz. Les divers matériaux ont été sélectionnés pour leurs qualités écologiques, tels le mélèze de provenance suisse utilisé pour le mobilier ou les pavés aux joints ouverts drainants.

Comme pour la STEP de Chancy, les architectes-paysagistes ont tenu à «recycler» les matériaux terreux sur place. Ainsi, la terre a été employée sur la parcelle adjacente en sous-couche et ensemencée de prairies; une intervention particulièrement judicieuse au vu du statut provisoire de ce terrain (projet de construction à venir). Enfin, le système d’arrosage automatique s’inscrit dans une gestion raisonnée de la ressource en eau: durant les deux premières années, l’irrigation permettra aux végétaux de bien s’implanter, puis elle sera entièrement supprimée. L’aménagement de ce site – bâtiment et espaces extérieurs – a valu à ses concepteurs l’obtention de la certification LEED (Leadership in energy and environmental design). Un label particulièrement exigeant, qui confirme le respect des critères de l’écologie et du développement
durable.

Véronique Stein pour Tout l’Immobilier, Novembre 2018

Retrouvé l’article complet sur le net, ici  : https://www.toutimmo.ch/2018/11/amenagements-paysagers/

CENTRE EUROPEEN HP

Paysage durabilité Gilbert Henchoz Paysage durabilité Gilbert HenchozPaysage durabilité Gilbert Henchoz

STEP DE CHANCY

Paysage durabilité Gilbert Henchoz Paysage durabilité Gilbert Henchoz